Les Drus Roger Frison Roche l'Everest  




1990 - du 1er au 5 aout ----- Enchainement :
Directe Américaine aux Drus
Walker aux Grandes Jorasses
Intégrale de Peuterey
Alain Ghersen


66 heures, soit près de 3 jours entiers : c'est le temps qu'il a fallu à Alain Ghersen pour accomplir une autre belle prouesse sportive : les ascensions successives et sans interruption de trois grandes voies d'alpinisme : la "Directe Américaine" dans la face ouest des Drus, la voie "Walker" dans la face nord des Grandes Jorasses et l'arête dite "Intégrale de Peuterey" au Mont-Blanc.

"Certes, ce temps aurait pu être divisé en deux si j'avais bénéficié de l'aide de l'hélicoptère pour les parties intermédiaires : descente des Drus et accès au pied de la Walker, puis descente des Grandes Jorasses et accès au pied de Peuterey. Mais cette façon de faire, cette aide logistique n'aurait pas correspondu à une certaine éthique de la montagne."

Après une nuit aux Grands Montets, Alain Ghersen démarre à 5 heures 30 du matin ce 1er août. Il ne s'arrêtera que 66 heures plus tard, son exploit accompli. Après avoir traversé la zone balayée par l'énorme éboulement qui s'est produit la veille dans la face nord, il se rend au pied de la Directe Américaine des Drus. Le Dièdre de 90 mètres lui impose deux longueurs d'auto-assurance, le reste de l'ascension se suscite aucun commentaire ! Tous les atouts sont dans son jeu pour aller vite : il est très bien entraîné, il connaît toutes les difficultés techniques de la voie et sait très bien les maîtriser, et il grimpe le plus léger possible. Il ne lui faudra que 6 heures pour gagner l'épaule des Drus où l'attend un sac à dos garni de nourriture et du matériel qui lui seront nécessaires par la suite. Il rejoint la Charpoua, puis le refuge de Leschaux où il prend un peu de repos avant de repartir, dès minuit, pour le pied de la Walker.

les Drus

Douze heures plus tard, il atteint le sommet des Grandes Jorasses . Là, l'attend un parapente qui lui permetra de descendre sans trop de fatigue les quelque 3000 mètres de dénivelé jusque dans le fond du Val Vény. Douze heures encore, et nous le retrouvons au sommet de l'aiguille Noire de Peuterey ! De là, la fabuleuse arête Intégrale lui permettra de rejoindre le sommet du Mont-Blanc : un enchaînement de très grande difficulté, réalisé avec maestria malgré la solitude, les difficultés, l'obscurité de la nuit et la fatigue occasionnée par la durée de l'ensemble.